News


logo_header

Agir pour de meilleurs lendemains


19/04/2017 08h00
Signataire du Pacte Climat en août 2015 et certifiée à 40%, Strassen nous dévoile les actions déjà menées et celles à venir. La commune compte 9.000 résidents et devrait, selon les prévisions de croissance démographique, atteindre les 10.000 habitants d’ici deux ans. Interview de son bourgmestre, Gaston Greiveldinger (LSAP).
 
 
Parlez-nous de la politique environnementale de Strassen…
 
La signature du Pacte Climat nous a permis de mettre en place une véritable politique environnementale même si nous étions déjà depuis 2008 dans l’Alliance pour le Climat (Klimabündnis Gemengen). La commune de Strassen s’est focalisée dès 2014 sur des points qui lui semblaient essentiels, tels que le climat, l’énergie et l’environnement mais aussi, et bien évidemment, sur la circulation et la mobilité qui sont deux domaines qui nous touchent particulièrement.
 
 
Quels sont vos efforts pour la protection de l’environnement?
 
Faisant déjà partie de l’Alliance pour le Climat, nous nous sommes engagés à réduire nos émissions de CO2 de 10% sur cinq ans. L’administration communale de Strassen dispose de plusieurs bâtiments qui étaient encore sous peu, reliés à un seul et même compteur, ce qui ne permettait pas de relever les différentes données de consommation par bâtiment. Nous avons fait le choix du LED pour l’éclairage public et tout nouveau bâtiment doit répondre aux meilleures classes énergétiques possibles.
 
Nous favorisons les circuits courts en utilisant le bois issu du Bambesch pour la construction des bancs et des espaces de jeux que nous réalisons nous-mêmes. Nous voulons également remplacer progressivement notre parc de voitures pour qu’il soit électrique.
 
Strassen accueillera par ailleurs huit bornes de recharge sur son territoire.
 
L’arrosage des terrains de sport et de nos plantations est fait avec de l’eau d’une source non potable. Nous avons construit plusieurs bassins de retenue et de récupération d’eau de pluie et des subsides sont alloués aux citoyens lorsqu’ils équipent leur habitation d’un système équivalent.
 
Enfin, nos nouveaux lotissements sont équipés d’un système de double canalisation afin de séparer les eaux usées des eaux de pluies. Ces dernières sont ainsi directement rejetées dans le réseau fluvial et les usées sont amenées à la station d’épuration de Beggen. Il faudra néanmoins dix à quinze ans pour que tous les ménages y soient raccordés.
 
 
Un mot sur la route d’Arlon (axe qui relie Mamer à la Ville) et la circulation aux heures de pointes…
 
Le constat est que les résidents de Strassen endurent embouteillages, pollution de l’air, odeurs et bruits au quotidien sans qu’ils n’en soient directement responsables. En effet, beaucoup de navetteurs empruntent cette route nationale pour se rendre en Ville ou à des lieux d’attractivités comme les centres commerciaux. De plus, la commune est entourée d’un réseau autoroutier très fréquenté et donc très bruyant.
 
Il est donc du devoir de la commune de combattre ces désagréments et nous militons pour une réduction de la vitesse à 80 km/h sur le réseau autoroutier et l’installation de panneaux antibruit afin de lutter contre les échos par exemple. Il est néanmoins très difficile de trouver des leviers d’amélioration de la fluidité du trafic.
 
 
Existe-t-il des solutions, ou ne serait-ce que des pistes de réflexion?
 
Nous disposons d’un réseau de pistes cyclables que nous souhaitons connecter à ceux de Bertrange, Hesperange, Leudelange et de la Ville. Aussi, dans le cadre de notre coopération intercommunale DICI (Luxembourg, Bertrange, Hesperange, Leudelange et Strassen), nous sommes en train de classer nos pistes cyclables et selon leur qualité et leur utilisation afin de savoir lesquelles sont empruntées pour les promenades et pour se rendre au travail.
 
Un système de vélos électriques et un autre d’autopartage pourraient également voir le jour, ils seraient des moyens intelligents pour se rendre dans les communes environnantes. Avec un bus toutes les six à huit minutes en moyenne sur la route d’Arlon, la commune est néanmoins déjà très bien desservie par les transports en commun.
 
Enfin, tout nouveau lotissement sur la commune de Strassen est pensé comme un espace partagé. À une vitesse limitée à 30 km/h, les véhicules motorisés doivent circuler en intelligence avec ceux de la mobilité douce et à 20 km/h, avec les piétons.
 
 
Est-ce que le passage du Tram sur la route d’Arlon (jusqu’à l’Ecole européenne) serait une aubaine?
 
La commune de Strassen se prépare à le recevoir depuis 2007 et veille depuis lors, à suffisamment reculer les nouvelles constructions pour permettre son passage. Je suis très optimiste et vois le tram circuler à Strassen d’ici huit à dix ans. En transportant des milliers de personnes par jour, il peut être un moyen efficace pour désengorger le trafic.
 
Son passage implique néanmoins de repenser en profondeur, la route d’Arlon qui deviendra au fil du temps un immense boulevard urbain avec des arbres, des pistes cyclables, des zones piétonnes et toujours un accès pour les voitures. Cette route où les automobilistes et les riverains sont actuellement prisonniers des embouteillages pourrait alors devenir d’ici dix ans, un axe où plusieurs mobilités se côtoieraient en harmonie.