News


logo_header

Un engagement global pour le climat


19/04/2017 08h00
Ayant adhéré au Pacte climat en mai 2013, la commune de Contern multiplie les mesures afin de pouvoir, dans un futur proche, prétendre à un niveau de certification supérieur. Souhaitant agir dans le cadre d’un projet global, la commune entend bien coordonner ses actions afin de ne pas se lancer dans des mesures isolées. Explications avec Fernand Schiltz, bourgmestre de la commune de Contern.
 
 
Comment s’est constituée l’équipe dédiée au Pacte Climat?
 
Nous n’avions pas attendu de nous engager vis-à-vis du Pacte Climat pour prendre des mesures écologiques. En effet, depuis quinze ans, la commune est membre du Klima-Bündnis Lëtzebuerg, soit l’Alliance pour le climat Luxembourg.
 
Deux équipes sont aujourd’hui dédiées au Pacte Climat; la première œuvre au niveau local et se compose de onze membres. Globalement il s’agit de citoyens intéressés et engagés de par leur travail ou leur activité bénévole dans des actions liées à la protection de l’environnement. Cette équipe se réunit au moins une fois par mois.
 
En parallèle, nous possédons également une équipe climat régionale qui regroupe les quatre communes du SIAS, syndicat à vocation multiple, dont un des domaines d’action est l’environnement. Notre commune ainsi que celles de Schuttrange, Sandweiler et Niederanven ont chacune deux représentants dans l’équipe climat régionale.
 
Un conseiller qui nous a été attribué par myenergy afin de nous épauler dans nos démarches fait la liaison entre ces deux équipes et centralise toutes les informations relatives aux initiatives des deux groupes.
 
 
Quels sont vos projets en cours?
 
Nous sommes en train d’aménager un plan de mobilité pour les entreprises en collaboration avec le Verkéiersverbond pour réduire le trafic aux heures de pointe dans notre grande zone industrielle. Les entreprises veulent aussi agir en ce sens et nous comptons déjà plus de 3.000 réponses positives quant au lancement de ce projet. Nous établissons donc actuellement un plan d’action que nous comptons présenter au ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, en septembre 2017. Nous espérons parvenir à amener les personnes travaillant dans la zone industrielle à prendre les transports publics en leur offrant un chemin court et rapide pour se rendre au travail.
 
De plus, si les entreprises choisissent d’établir leur siège dans notre commune, c’est pour être proches de l’aéroport, de la capitale et des axes autoroutiers. Or, si la circulation est bouchée, elles perdront alors le bénéfice de la proximité. Elles ont donc tout intérêt à collaborer avec nous en offrant, par exemple, à leurs employés, un mPass leur permettant de se rendre sur leur lieu de travail en transport en commun. Prochainement, nous voudrions également faire passer le PC27, une piste cyclable qui passe par de nombreuses villes luxembourgeoises, à travers la zone industrielle. Nous voudrions donc aussi inciter les entreprises à installer des vestiaires et des douches pour les employés qui voudraient se déplacer en vélo.
 
Au niveau de la mobilité, le village de Moutfort deviendra un échangeur pour les bus et les trains: en 2018, une gare de bus sera installée dans le village et l’inauguration de l’arrêt de train suivra.
 
Par ailleurs, nous construisons une nouvelle mairie qui possèdera des panneaux photovoltaïques sur le toit. Ce bâtiment, comme d’autres dépendant de l’administration, sera chauffé avec des copeaux de bois qui proviennent des forêts de la commune et qui sont neutres en émissions de CO2.
 
 
Comment sensibilisez-vous les habitants de la commune aux démarches que vous effectuez?
 
Nous veillons à ce que les habitants se sentent concernés par les mesures que nous prenons, notamment en communicant sur nos actions par le biais du SIAS et de nos bulletins communaux.
 
Nous avons par ailleurs donné l’occasion aux habitants n’ayant pas la possibilité de placer des installations sur leur toit d’investir dans des panneaux photovoltaïques placés sur les toits du hall de sport de Contern et du centre culturel de Moutfort. Ce projet a connu un énorme succès puisque toutes les installations ont très vite été vendues. A l’intérieur des bâtiments, chaque panneau est relié à un compteur qui indique la quantité d’énergie produite. Cette dernière est ensuite réinjectée dans le réseau électrique géré par Creos et les citoyens amortissent le coût de leur installation en contribuant à créer de l’énergie.
 
 
Comment envisagez-vous l’avenir?
 
Nous sommes maintenant déterminés à atteindre le prochain seuil de certification de 75% avec notre équipe climat. En poursuivant les objectifs que nous nous sommes fixés, nous sommes persuadés de pouvoir atteindre ce seuil de certification dans un futur proche, mais cela dépendra bien sûr de l’avancement des projets au cours de ces deux prochaines années.
 
Au niveau régional, nous travaillons sur un projet de tourisme doux. Depuis quelques temps, nous sommes membres de l’Office Régional du Tourisme et cela nous donne la possibilité de faire de notre commune un point incontournable du tourisme luxembourgeois. Ainsi, nous voudrions créer un concept proposant à la fois de découvrir nos paysages, nos réserves naturelles et nos musées tout en favorisant une mobilité douce et en proposant des produits du terroir au fil d’un itinéraire prédéfini. Ce projet viendrait s’inscrire dans un autre de plus grande envergure initié par le ministère du Développement durable, et visant à intégrer notre commune dans le tracé d’un réseau de pistes cyclables touristiques allant de Rimini en Italie à Londres en Angleterre. Ces pistes sont bien fréquentées et nous permettraient de donner un coup de pouce au tourisme doux dans notre région.